Rose. Octobre

Pour un grand nombre d’entre nous, cette conjonction improbable entre un mois et une couleur fait désormais sens.

En octobre, le rose se porte sur un mode prosélyte en faveur de la mobilisation contre le cancer du sein.

Son histoire est assez connue, rappelons-la rapidement. Une théorie fondée sur une histoire naturelle de la maladie s’impose dès la fin du 19ème siècle : un cancer, pris à temps, est guérissable. Des techniques sont progressivement mises en œuvre dans le courant du siècle suivant pour améliorer la découverte précoce d’un cancer du sein : auto-palpation, examen clinique, puis mammographie vont se succéder.

La première unité radiologique explicitement dédiée à l’imagerie du sein est développée en 1951, mais les machines consacrées à la mammographie, c’est-à-dire utilisées pour les seins, ne pénètrent pas le marché avant 1967. Les chirurgiens, qui ont une place encore décisive à cette époque en cancérologie, sont circonspects. Pour eux, rien de tel qu’une biopsie pour analyser une lésion suspecte. L’efficacité de ces nouveaux appareils à photographier l’intérieur des seins a été contestée dès leur premier usage.

Dans ce contexte de méfiance, la pratique mammographique évolue lentement. La proportion d’examens radiologiques réalisés à titre systématique dans les cabinets de radiologie français n’atteint pas 9% en 1982, la moitié d’entre eux correspondent en fait à des clichés pulmonaires. Le mammographe est encore une machine à diagnostiquer et non une machine à dépister.

Quelques années plus tôt, au milieu des années 70, à New-York et en Suède, une évaluation du dépistage du cancer du sein par mammographie avait été entreprise auprès de la population féminine. A peine publiés, les résultats obtenus – une baisse de 30% de la mortalité –  sont largement diffusés et s’imposent bientôt comme une évidence partagée, tant dans la presse médicale que dans la presse féminine. À la fin des années 80, dans cette trajectoire, le dépistage du cancer du sein se généralise en France et la mammographie se propage en médecine de ville, avant qu’une véritable politique publique de recommandation et de financement par les caisses d’assurance-maladie ne se développe.

Si le mouvement de surveillance de populations asymptomatiques a connu un lent développement au cours des années 70, il s’est accéléré lors des deux décennies suivantes. Le développement le plus important dans la diffusion du dépistage mammographique, en dehors des campagnes soutenues de l’American Cancer Society aux États-Unis et de la Ligue nationale contre le cancer en France, s’est instintué en 1984 avec le National Breast Cancer Awareness Month, qui entend dédier le mois d’octobre au cancer du sein. Octobre rose est en train de naître.

Dès l’origine, l’initiative est soutenue par de nombreuses organisations professionnelles, gouvernementales, médicales, associatives et financée par l’entreprise Imperial Chemical Industries, qui se trouvait être le plus grand vendeur au monde de médicaments destinés à traiter le cancer du sein. Chez Zeneca, sa filiale spécialisée, la campagne visait d’abord à réduire les frais de santé liés aux cancers des employées, avant que la santé des femmes ne devienne un objectif officiel. De nombreux pays occidentaux vont bientôt adhérer au projet et organiser, chaque mois d’octobre, une  campagne massive de publicité dans les medias afin de promouvoir la mammographie et la détection précoce.

Kusmi roseLe mouvement a pris dans l’hexagone, depuis une quinzaine d’années, une réelle ampleur : courses, ventes aux enchères, spectacles, tour Eiffel illuminée, etc. Il est relayé tant par les pouvoirs publics que de nombreuses associations, institutions et entreprises les plus diverses, y compris un célèbre marchand de thé.

Phénomène nouveau, des voix dissonantes – après s’être exprimé dans une indifférence totale pendant plusieurs années – parviennent aujourd’hui à se faire entendre. Certaines injectent même du doute sur l’évaluation du bien-fondé épidémiologique d’un dépistage qui ne manquait déjà pas d’incertitudes, d’autres dénoncent la commercialisation à outrance et l’oubli de la prévention, ou encore le pinkwashing à coups de rubans roses d’entreprises pas si vertueuses que cela.

La campagne consensuelle visant un bien commun non discutable, la santé des femmes, se transforme donc progressivement en un objet de débat, un peu plus d’une décennie après la crise soudaine sur les risques et l’intérêt préventif limité des traitements hormonaux de substitution.

Ce rapide résumé fait surgir les éléments qui vont nous1 intéresser sur ce blog consacré au dépistage organisé du cancer du sein. On y trouve une théorie, des machines, de la connaissance, de la science, de la politique, des groupes professionnels, des pouvoirs publics, des associations, des marchés, des medias, des femmes, des hommes et des controverses ; et une certaine idée de la Santé Publique.

  1. C’est-à-dire Marie Ménoret et Didier Torny, sociologues entre autres choses de la santé []

Démocratie et santé publique

Notre carnet est partie prenante du projet Mammodebat, financé par l’INCA dans son appel à projet SHS 2017. Il s’inscrit dans l’actualité récente du dépistage organisé du cancer du sein en France et porte sur l’analyse de la controverse à l’origine du débat public enclenché par le ministère de la santé français, avec la mise en place d’une consultation citoyenne et scientifique en 2015. Il en analyse les fondements, les causes et les conséquences, en éclairant le passage d’une politique de santé publique fondée sur une doctrine scientifique incontestée à la discussion publique de ces connaissances, dans une perspective de « démocratie sanitaire ».

Comment les connaissances – d’experts et de profanes – sont-elles traitées et partagées dans l’élaboration et la transformation d’une politique de santé publique ? Cette question générale, travaillée sur le terrain du dépistage mammographique, interroge profondément le concept de santé publique fondée sur des preuves. A travers cet exemple, nous souhaitons montrer comment un processus de démocratisation sanitaire peut être mis en œuvre dans les politiques de prévention, ce qui a pour objectif d’éclairer en retour les parties prenantes du dossier : patient(e)s et citoyen(ne)s, responsables administratifs et de santé publique, professions médicales et de soin.